NOURRITURE SAKI HIKARI

La nourriture SAKI HIKARI, entièrement produite au Japon, est une nourriture professionnelle particulièrement adaptée pour les koi de très haute qualité participant ou non à des koi show.

Rappelons ici ce qui a déjà été mentionné dans notre précédent article sur HIKARI, que la gamme SAKI contient un probiotique, le « hikari germ » qui optimise le rendement de la digestion et renforce le système immunitaire du poisson.

Nourriture quotidienne

HIKARI BALANCE

Cette nourriture peut être distribuer quotidiennement en tenant bien entendu compte de la température. Elle favorise une bonne santé et une bonne croissance et un body équilibré.

Au dessus de 18°C, cet aliment peut être distribuè 2 à 4 fois par jour. En dessous de cette température, elle est à utiliser avec parcimonie, et il est préférable de la remplacer progressivement par la SAKI HIKARI MULTISEASON.

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 40% min. 6.0% max. 3.0% max. 10% max. 5.0% min. 1%

 

Nourriture pour adaptée pour les basses températures

SAKI HIKARI MULTISEASON

C’est un aliment facilement assimilable qui donne de bon résultats de croissance, permet de conserver de belles couleurs ceci même durant la période froide.

 

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 37% min. 5.0% max. 2.0% max. 10% max. 15.0% min. 1%

 

Aliments spécifiques pour les couleurs

SAKI HIKARI COLOR

Cette nourriture permet d’accentuer fortement les couleurs sans pour autant impacter le shiroji (blanc).

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 40% min. 6.0% max. 2.0% max. 10% max. 15.0% min. 1.2%

 

SAKI HIKARI DEEP RED

La nourriture DEEP RED contient une formulation particulière qui permet d’obtenir un Hi (rouge) profond sans pour autant influencer le shiroji. Parfaite pour les grands champions!

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 45% min. 5.0% max. 2.0% max. 15% max. 1.2% min. 10%

SAKI HIKARI PURE WHITE

PURE WHiTE contient un mélange d’ingrédients uniques (polyphénol issus de l’abricot, acide citrique) pour l’obtention d’un shiroji profond et translucide.  Des antioxydants provenant de graines de sésame moulues procurent un lustre et une brillance inégalés à la peau. Parfait pour conclure le régime alimentaire en vue de la préparation d’un koi show.

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 37% min. 5.0% max. 1.5% max. 15% max. 1.2% min. 10%

 

Aliment de croissance

SAKI HIKARI GROWTH

C’est un aliment qui apporte un grossissement exceptionnel et rapide tout en maintenant une excellente santé. Préparée à partir d’un mélange judicieux de lipides et d’autres éléments nutritifs, cette nourriture favorise la croissance tout en évitant l’accumulation de zones graisseuses.

Protéines Mat grasses Fibres Humidité Cendres Phosphore
min. 40% min. 9.0% max. 2% max. 10% max. 17% min. 1.7%

 

Au regard de toute cette gamme il est claire que SAKI HIKARI couvre parfaitement tout vos besoins (ou du moins ceux de vos koi!)

Il n’y a plus qu’à commander!

Vous retrouverez ces produits sur notre site

http://www.koibykoi.eu/fr/948-hikari

SHOWA OMOSAKO

showa Omosako

A voir dans notre halle d'expo!

Posted by Koi by Koi on Samstag, 7. Oktober 2017

DOITSU KOHAKU SHINODA

Encore dispoDoitsu Kohaku50cm+Shinoda

Posted by Koi by Koi on Dienstag, 31. Oktober 2017

Comment choisir sa pompe de bassin?

Aller à la boutique

Dans un premier temps il est essentiel de connaître la capacité de votre bassin. Pour cela le calcul à effectuer est le suivant :

Pour un bassin rectangulaire :

Volume en Litre = Largeur en m x Longueur en m x profondeur en m x 1000

Pour un bassin rond :

Volume en Litre ≈profondeur en m x Diamètre en m x Diamètre en m x 0,8 X 1000

 

Ensuite, pour que votre système soit efficace, on considère que le volume d’eau doit passe une fois toute les deux heures dans la filtration. Par conséquent, le débit de votre pompe correspondra au volume du bassin divisé par deux. Par exemple, pour un bassin de 12000L il faudra au minimum un débit efficace de 6000L/H.

 

Mais ce n’est pas tout ! Il faut également tenir compte des pertes de charge qui s’établissent de manière plus ou moins importante suivant l’installation. Ces pertes sont influencées par différents facteurs, tels que le diamètre et la longueur de tuyau (toujours préférer un gros diamètre si on a le choix, et le plus court possible), la présence ou non de coudes, la hauteur d’eau à remonter (entre la surface de votre bassin aquatique et votre filtre), la pression imposée par certains kits de filtration.

Bien sur, cela n’est pas toujours facile à évaluer !

Certaines pompes disposent de courbes indiquant le débit d’eau en fonction de la hauteur à remonter, cela peut vous aider dans votre choix.

 

Calcul des pertes de charge

Pour calculer le débit nécessaire d’une pompe, on doit tenir compte de deux éléments: la hauteur de relevage d’une part et les pertes de charge d’autre part.

On calcule ainsi la hauteur manométrique totale HMT.

HMT= Hauteur de relevage+pertes de charge

 

Les pertes de charge, quant à elles, sont liées à la longueur et au diamètre du tuyau utilisé, ainsi qu’à la présence de coudes.

Pour calculer la perte de charge totale d’une installation, deux informations sont donc indispensables : le débit et la longueur totale de tuyau.
Il suffit ensuite d’utiliser le tableau suivant où les pertes de charges sont données
en cm/m.
Si les pertes de charge dépassent 5 à 10 m, il faut choisir un tuyau d’un diamètre plus important.

 

débit en m3/h

 

Ces valeurs sont surestimées pour tenir compte des coudes, clapets, vannes…

Exemple: soit 10m de tuyau diamètre 40mm avec un débit de 6m3/H, la perte de charge totale sera de 17×10=170cm. Cela équivaut à ajouter une remontée de 1,7m.

Si on avait choisi un tuyau de diamètre 50mm, la remontée n’aurait été que de 80cm.

 

C’est avec cette HMT et les tableaux d’amortissement de débit en fonction de la hauteur de relevage des pompes que l’on déterminera le choix de sa pompe.

Nos pompes de filtration: http://www.koibykoi.eu/fr/780–pompes-de-bassin

Pompe de cascade

 

Si vous souhaitez installer une cascade dans votre bassin de jardin, les critères de choix vont être un peu différents. On va dans ce cas rechercher le côté esthétique. Pour un rendu intéressant, on va compter qu’il passe 1,5L d’eau par minute sur chaque centimètre de votre lamier. Pour le calcul du débit nécessaire on calculera donc de la manière suivante :

Débit en L/H=  Largeur de la cascade en cm x 1,5 x 60

Par exemple, pour une lame d’eau de 50cm de large on aura un débit de 4500L/H

 

Bien sûr, là encore il faudra majorer ce débit en tenant compte des pertes de charge.

 

Pour une cascade plus douce type mur d’eau comptez seulement 0,5 à 1L par cm ; pour une cascade plus dynamique, augmentez cette quantité en fonction de l’effet souhaité.

 

Retrouvez toutes nos pompes de bassin:

http://www.koibykoi.com/fr/780–pompes-de-bassin

Comment choisir son compresseur?

Allez directement à la boutique

L’air est un élément très important dont vous devez tenir compte dans un bassin, que ce soit pour un bassin à Koi ou tout simplement un « bassin de jardin »…

Toute chose vivante a besoin d’oxygène!

Cela inclut bien entendu les Koi et autres poissons mais également les bactéries dont nous avons besoin pour assurer une filtration biologique adéquate.
L’aération est une méthode efficace et économique pour augmenter la saturation en oxygène de votre bassin, tout en améliorant la circulation et les échanges gazeux en surface.

«Aération» est le terme pour signifier l’ajout d’air à l’eau. Comme l’air contient de 22% d’oxygène, on ajoute de l’oxygène à l’eau. L’oxygène est plus soluble dans une eau froide que dans une eau chaude, d’où l’importance de bien oxygéner son bassin en période estivale.
Un bassin Koi est plus qu’un trou dans le sol avec une bâche et un peu d’eau!

Afin d’avoir un environnement sain et dynamique dans votre bassin vous avez besoin d’un filtre biologique, d’une source d’aération, d’une pompe de circulation et d’un espace/volume suffisant.Il est important de noter que tous ces éléments doivent travailler en harmonie les uns avec les autres.
Le système de filtration purifie l’eau des déchets, les bactéries et d’autres toxines. Un aérateur fournit de l’air à l’eau pour que les poissons aient l’oxygène nécessaire et que l’eau ne stagne pas. La pompe fait circuler l’eau à travers le filtre et l’aérateur. Ce cycle est l’élément vital d’un étang.

Où est le meilleur endroit dans l’installation pour ajouter de l’air ou de l’oxygène?
Directement dans le système de biofiltre le plus près possible de l’endroit où les bactéries sont installées.
Quelle quantité d’air devriez-vous ajouter à votre bassin?
Le retour de filtre, la cascade… sont déjà des éléments d’oxygénation. L’ajout d’un compresseur complète efficacement cet ensemble.

Concernant le choix du débit, on peut opter pour un débit de 500 à 600L/H par m3 d’eau à oxygéner.

 

Pour votre sécurité, n’installez pas vos compresseurs ou pompes à air sous le niveau de l’eau sans clapet anti retour. En cas de défaillance électrique par exemple, une remontée d’eau dans votre matériel pourrait provoquer des dégâts irrémédiables.

 

Retrouver toute notre gamme de compresseurs:

http://www.koibykoi.com/fr/774–compresseurs-aeration-bassin

ainsi que leurs accessoires:

http://www.koibykoi.com/fr/775–accessoires-aeration

La combinaison UV/ozone pour le bassin de jardin ou la piscine

Retrouvez nos appareils de désinfection de l’eau sur notre site

La combinaison UV/ozone pour le bassin de jardin ou la piscine

 

           Le pouvoir germicide du rayonnement Ultra Violet

Lorsque l’on irradie l’eau avec de la lumière UV (UV-C), les micro-organismes nuisibles sont éliminés. Le rayonnement UV, à une longueur d’onde spécifique, provoque une réaction qui nuit aux fonctions vitales des cellules de bactéries, des virus, des champignons et d’autres micro-organismes. Par rapport aux méthodes de traitement chimique, le rayonnement UV est respectueux de l’environnement  et ne laisse pas de résidus dans l’eau (voir également notre article sur le traitement de l’eau par les UV).

            L’ozone (O3), présent naturellement dans différentes couches de l’atmosphère.


L’oxygène est transformé en ozone lorsqu’il est exposé à un rayonnement UV d’une longueur d’onde spécifique (185 nm). Une longueur d’onde supérieure (entre 290 et 320) inverse le processus et détruit la molécule d’ozone. C’est un gaz légèrement bleu, dont l’odeur est caractéristique et peut être parfois perçue par temps d’orage. Peu soluble dans l’eau, c’est un composé très volatil.

L’ozone est composé de trois atomes d’oxygène, il est instable et se décompose avec une grande facilité (notamment dans l’eau) en oxygène et en radicaux libre à fort pouvoir oxydant. Cette décomposition le désigne comme désinfectant pratique d’autant que des concentrations relativement faibles d’O3 et des temps de contact très courts suffisent pour détruire les bactéries, moisissures, levures, parasites et virus. Il a été démontré que lorsque l’ozone est transféré à l’eau par un mélangeur en ligne sans mouvement, les bactéries sont détruites en deux secondes.

Par ailleurs l’ozone agit également sur les composés aromatiques (qui produisent odeurs et couleurs) produisant donc une eau « blanche » et  inodore.

           Les avantages d’un système combinant UV-ozone

UV (pour éliminer les micro-organismes nuisibles) et l’ozone (en soutenant substance oxydante) sont parfaitement adaptés à désinfecter et traiter l’eau d’une manière respectueuse de l’environnement:
En combinant les deux procédés ont obtient un système :
*  respectueux de l’environnement mais très efficace. 
     *  ne laissant pas de résidus dans l’eau. 
     *  réduisant le besoin de produits chimiques.

 

L’uvozone, une eau pure, dans un environnement respecté

 

Retrouvez nos appareils de désinfection de l’eau sur notre site

Bassin de jardin et changements d’eau

retour à la boutique koibykoi.eu

Effectuer un changement d’eau consiste à prélever l’eau de votre bassin et à la remplacer par de l’eau « neuve ».

Cela semble si simple ! Mais est-ce le cas ?

Quid de l’écologie…

Nombreux sont ceux qui ne font pas de changement d’eau, du tout, pour diverses raisons (financière, écologique, ou simplement car ils n’en voient pas l’intérêt).

 

 

Certes il est dans l’air du temps d’économiser l’eau, et remplir son bassin peut ressembler à du gaspillage, voire un acte incivil en période estivale.  En réalité, il faut aborder le problème sous un autre angle. Vous avez fait le choix d’avoir un bassin. Dans ce bassin vous y avez installé des poissons : des poissons rouges, quelques koi, vous avez peut-être envisagé un esturgeon, une ide… pourquoi pas. Bien sûr vous prenez cette décision pour le côté esthétique mais aussi et surtout parce que vous aimez les animaux aquatiques. En les plaçant dans votre bassin, vous devenez leur protecteur, vous êtes le garant de leur bonne santé et de leur « bien-être ». A ce stade, remplir votre bassin ne relève plus du gaspillage mais de la nécessité de maintenir des espèces vivantes dans de bonnes conditions. Au même titre que vous achetez de la litière pour votre chat, ou que vous emmenez votre chien chez votre vétérinaire.

Malgré cela, si envoyer votre eau usée de bassin à l’égout vous chagrine encore, recyclez là: utilisez là pour arroser votre potager ou  votre pelouse !

L’entretien de votre bassin…
La filtration va avoir un rôle fondamental sur votre bassin. Elle va éliminer les déchets toxiques à court terme du milieu. Pour autant, les produits issus de la dégradation de ces matières sont rejetés dans le milieu et s’y concentrent au fil des jours. L’accumulation d’une pollution de fond par des phosphates, nitrates et éventuellement des protéines non dégradées inhibent la croissance des poissons et nuisent à leur santé. En procédant à des renouvellements d’eau, on va donc diluer cette charge de pollution, limiter l’effet néfaste de celle-ci. En réalisant ce geste régulièrement, on garde donc un équilibre optimum au sein du plan d’eau.

 

Dans un autre registre, tout comme nous, les poissons consomment également des oligo-éléments et minéraux. Certes, ils en trouvent dans leur nourriture, mais une part provient des échanges qu’ils réalisent directement avec leur milieu de vie. Les changements d’eau vont alors fournir de nouveau des oligoéléments et des minéraux dans votre eau.

La bonne eau…

Dans la plupart des cas, l’eau que l’on utilise pour réaliser ces renouvellements est celle de la concession. Exempte de germe, minéralisée, elle apparait comme la meilleure candidate ! Attention toutefois car l’eau peut être chlorée; dans ce cas, le bénéfice du changement n’est pas aussi évident qu’il y parait.

L’eau chlorée, ou chloraminée dans certains cas, est produite par les distributeurs d’eau qui ajoutent ces deux produits chimiques pour désinfecter le liquide. Chaque jour, l’eau de nos canalisations est testée afin de contrôler l’absence de spores, ou autres organismes pathogènes. S’il y a contamination, les dosages en agents désinfectant pourront être revus à la hausse rendant l’eau un peu plus agressive (voire toxique) pour nos compagnons aquatiques dont la tolérance à ces composés est moindre (taux <0.1ppm).

En brisant le jet du flux d’eau lorsque vous complétez le niveau, vous dissiperez lentement une partie des dérivés chlorés. Vous pouvez également envisager de laisser l’eau reposer 24H avec une bonne oxygénation, cela éliminera par échange gazeux ces composés irritants.

 

La bonne solution est d’éviter les renouvellements trop brusques, trop importants. Dans l’absolu, la meilleure solution à envisager serait un apport goutte à goutte avec débord de manière à avoir une arrivée permanente d’eau « neuve » et pas de choc lié à une grande variation de paramètres physico-chimiques ? Bien sûr, cela n’est pas forcément simple à mettre en œuvre. Alors pour simplifier le travail, il est pertinent de procéder à un renouvellement de 10% chaque semaine. Il est toujours préférable de diluer moins, plus souvent, que de faire un apport massif de temps en temps !

 

Et l’eau de pluie ?

La récupération d’eau de pluie (en région dont la pollution atmosphérique n’est pas trop importante) peut être une solution pour compléter son bassin. Attention toutefois, celle-ci est déminéralisée et il sera certainement judicieux de faire des apports supplémentaires en minéraux afin de conserver des paramètres de dureté/pH dans la norme. Par ailleurs, veillez à l’état sanitaire de cette eau lors de sa conservation. Il serait malheureux d’introduire par ce biais des bactéries pathogènes dans votre plan d’eau.

L’utilisation de l’eau de forage ou de puits devra se faire uniquement après contrôle de ses qualités chimiques et bactériologiques (présence de pesticides, nitrates, bactéries…)

Pour finir, notez qu’en période chaude, venteuse, le niveau de nos bassins diminue suite à l’évaporation. Compléter le manque lié à l’évaporation n’est pas renouveler ! Lors de l’évaporation, les agents polluants sont demeurés dans votre bassin, s’y sont concentrés. En complétant le niveau, vous revenez à la concentration de départ, et ne diluez en aucun cas ces composés…

Bref, pensez à vos tomates et prélevez 10% chaque semaine dans votre bassin pour les arroser !!

 

 

 

 

 

Choisir sa bâche de bassin

Retour à la boutique

 Rares sont les terrains qui permettent de réaliser un bassin sans avoir besoin de mettre en place une étanchéité!

Si on souhaite assurer un milieu continuellement en eau il est donc souhaitable de trouver une solution pour que celle-ci ne disparaisse pas par infiltration. Pour cela, plusieurs techniques sont envisageables.

Pour les bassins de petites contenances, la coque préformée permettra une mise en oeuvre rapide et aisée.

Ce choix limite le volume, la forme et la profondeur. 

Si on souhaite un bassin plus grand, si on veut définir soi même la forme, on aura la possibilité de maçonner le bassin puis de faire l’étanchéité par résine ou peintures techniques. L’intervention d’un professionnel pour cette mise en oeuvre peut s’avérer judicieuse.

Plus simplement, l’installation d’une bâche pourra vous sembler plus adéquate. La question est:

Quelle bâche choisir? PVC? EPDM?

PVC et EPDM sont les deux matériaux phares (mais pas les seuls) pour étanchéifier son bassin de jardin.

Le PVC est un polymère thermoplastique tandis que l’EPDM est un élastomère obtenu par vulcanisation. Deux produits dérivés du pétrole mais qui sont parfaitement adapté pour l’usage du bassin de jardin et l’accueil de faune et flore aquatiques

Tout d’abord, parlons tarifs. Ne nous voilons pas la face, c’est bien souvent un élément primordial dans la prise de décision… Il faut compter une fourchette de 3 à 6€ /m² pour le PVC et 8 à 12€/m² pour l’EPDM (de qualité).

 

PVC

Concernant leurs propriétés, la bâche PVC 0,5mm d’épaisseur offre la particularité d’être plus facile à mettre en place car plus légère et par sa souplesse (à température sup. à 15°C). 

 

Toutefois, sa faible épaisseur la rend plus fragile et vous expose au risque de perforation par cailloux saillants, racines… Le PVC 0.8 ou 1mm sera donc un peu plus résistant. Il est bon de noter que ce produit est très peu élastique, sensible à la température( assez rigide à froid) et à long terme aux UV pour les parties directement exposées au soleil. La jonction/réparation se fait principalement par collage chimique.

L’utilisation d’un feutre géotextile entre le terrain et la bâche est indispensable et le grammage devra être d’autant plus important que votre bâche est fine.

EPDM

 

L’EPDM se décline, pour le bassin (d’autres épaisseurs existent pour la réalisation de toitures par ex.) en 0.6mm et 1.02mm (bâche Firestone). Elastomère, l’EPDM a une excellente élasticité et une mémoire de forme.

 

Il est très peu sensible au poinçonnement et offre donc une excellente résistance face aux racines. Il conserve sa souplesse quelque soit la température et n’est que peu sensible aux UV. Pour raccorder deux membranes ou faire une réparation, on utilisera des matériaux qui permettront un assemblage par vulcanisation à froid pour une parfaite étanchéité.

Il est préférable quoiqu’il en soit de protéger la bâche par une feutrine intissée afin de garantir l’intégrité du produit à long terme.

EN BREF

L’EPDM est LA bâche de référence, elle s’adaptera à toutes les situations, et vous apportera toujours satisfaction. 

Le PVC est à réserver à des situation sans risque (pas de racine avoisinante, pas des pierre saillante). Pour des bassin de petite taille, il présente un bon compromis et vous permettra de réaliser votre projet à moindre coût. Pour des dimension plus grandes, si l’EPDM est hors budget, préférez le PVC 1mm afin de préserver la solidité de votre réalisation.

 

DIMENSIONS

Afin d’être parfaitement fixée pour ne pas glisser dans le bassin au cours du temps, votre bâche devra donc dépasser généreusement tout autour du bassin!  Prenons un bassin de longueur max L, de largeur max l et de profondeur max P, ma bâche devra au moins mesurer 2xP + L + 1m sur 2xP + l + 1m.

Prenons un exemple: mon bassin mesure 3m de long, 2m de large et a une fosse à 1,5m

Je vais choisir une bâche dont

* la longueur sera 2×1.5 + 3 +1 = 7m

* la largeur sera 2×1.5 + 2 + 1 = 6m

 

Maintenant, il ne reste plus qu’à creuser (profond, le plus profond possible!), à vous de choisir pelle ou pelleteuse!

 

Encore une question? Besoin d’aide? Contactez nous!